Navigation – Plan du site

Francis Galton ou comment photographier une moyenne

Francis Galton’s composite portraits: the picture of a number
Simona Morini
p. 5-17

Résumés

À travers la réalisation d’« images génériques » ou « photos composées » (des images obtenues en superposant plusieurs photos du même individu, ou bien d’individus appartenant à un même « genre ») Francis Galton essayait de saisir l’image de quelque chose d’abstrait : le genre, la moyenne statistique, l’«essence» d’un individu ou le caractère typique d’un groupe. Il espérait éliminer la subjectivité de ce qui est le plus typiquement subjectif : la formation des images mentales, des concepts abstraits. Après quelques mois, il abandonna l’idée que certains traits du visage puissent être mis en relation avec un «  type » (le composé d’un « criminel moyen » était identique au composé d’un « pauvre moyen ») et il se rendit compte que la loi des erreurs, fondée sur la moyenne arithmétique, tout en étant très utile aux statisticiens pour la description des phénomènes de la vie et de la société, peut dans beaucoup de cas « conduire à des absurdités quand les phénomènes présentent de fortes déviations par rapport à la norme ». Galton n’a pas développé cette intuition, mais comme cela lui arrivait assez souvent, il a su montrer la voie pour dépasser ses propres théories.

Francis Galton’s composite portraits: the picture of a number

By realising “generic images” or “composite portraits” (images obtained by superimposing several pictures of the same individual or of different individuals belonging to the same family or group) Francis Galton was trying to capture the image of an abstract entity: a type, a statistical average, the “essence” of an individual or the “typical” character of a group. He was trying to eliminate subjectivity from what is usually considered characteristically subjective: the formation of mental images, of abstract concepts. After a few months he had to admit that the idea that certain physical traits could be related to a “type” was wrong (the composite of an “average criminal” is very much the same as the composite of an “average poor person”) and he realized that the law of errors based on an arithmetic average, though useful for statisticians trying to describe the phenomena of life and society, could lead in many cases to “absurdities when the phenomena show significant deviations from normality”. Galton didn’t develop this intuition further but, as was often the case for him, he paved the way for going beyond his own theories.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simona Morini, « Francis Galton ou comment photographier une moyenne », Mathématiques et sciences humaines [En ligne], 189 | Printemps 2010, mis en ligne le 22 juin 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://msh.revues.org/11633

Haut de page

Auteur

Simona Morini

Università IUAV di Venezia, Convento delle Terese, Dorsoduro 2206, 30123 Venezia, simona.morini@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page