Navigation – Plan du site

Les analyses canoniques simple et généralisée linéaires : applications à des données psycho-sociales

Simple and generalized linear canonical analysis: applications to psychosocial data
Victor Nzobounsana et Sandrine Gaymard
p. 69-101

Résumés

L’analyse des corrélations canoniques est une méthode statistique, proposée en 1936 par Hotelling, surtout connue pour ses qualités théoriques, puisqu’elle englobe de nombreuses autres méthodes statistiques. Elle permet de décrire les relations linéaires qui existent entre deux ensembles de variables mesurées sur les mêmes individus. Plusieurs généralisations de cette méthode, regroupées sous le nom d’analyse canonique généralisée, ont été proposées dans la littérature scientifique pour étudier conjointement les relations linéaires qu’il y a entre plusieurs groupes de variables mesurées sur les mêmes individus. Dans cet article, après avoir décrit l’analyse canonique linéaire simple et généralisée, nous comparons trois méthodes : la méthode Sumcor, la méthode Ssqcor et la méthode de Carroll. Afin d’illustrer l’application de ces méthodes, nous partons d’un questionnaire psychosocial élaboré dans le champ théorique des représentations sociales et portant sur l’étude des conditions de transgressions routières auprès de jeunes conducteurs. Les résultats observés dans cette étude montrent que la méthode d’analyse des corrélations canoniques et ses généralisations sont des outils statistiques adaptés pour décrire et analyser les données recueillies dans le champ des sciences humaines. De plus, dans l’étude des représentations sociales, cette approche permet d’illustrer au travers des « patterns » de réponses, la structuration interne des transgressions légitimes

Simple and generalized linear canonical analysis: applications to psychosocial data

Canonical correlation analysis is a statistical method proposed by Hotelling in 1936, best known for its theoretical qualities, since it encompasses many other statistical methods. It allows the linear relationships between two sets of variables measured on the same individuals to be described. Several generalizations of this method, grouped under the name Generalized Canonical Analysis, have been proposed in the literature to study jointly the linear relationships existing between several groups of variables measured on the same individuals. In this article, after describing linear canonical analysis and its generalizations, we compare three methods of generalized canonical analysis: the Sumcor method, the Ssqcor method and the Carroll method. To illustrate the application of these methods we start with a psychosocial questionnaire developed in the theory of social representations and which concerns the study of disobedience of traffic rules among young drivers. The results observed in this study show that the method of canonical correlation analysis and its generalizations are appropriate statistical tools for describing and analyzing the data collected in the field of social sciences. Furthermore in the study of social representations this approach allows us to illustrate through the “patterns” of answers, the internal structuring of the legitimate transgressions

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Nzobounsana et Sandrine Gaymard, « Les analyses canoniques simple et généralisée linéaires : applications à des données psycho-sociales », Mathématiques et sciences humaines [En ligne], 189 | Printemps 2010, mis en ligne le 22 juin 2010, consulté le 28 avril 2017. URL : http://msh.revues.org/11653

Haut de page

Auteurs

Victor Nzobounsana

Laboratoire de psychologie UPRES EA 2646, Université d’Angers, UFR Lettres, langues et sciences humaines, 11 bd Lavoisier 49045 Angers cedex 01 et Rectorat de l’Académie de Reims, 1, rue Navier 51082 Reims cedex, nzbounsana@hotmail.com

Sandrine Gaymard

Laboratoire de psychologie UPRES EA 2646, Université d’Angers, UFR Lettres, langues et sciences humaines, 11 bd Lavoisier 49045 Angers cedex 01, sandrine.gaymard@univ-angers.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page