Navigation – Plan du site

Recalling the list-before-last: a cautionary tale

Mémorisation et restitution de l’avant-dernière liste : un conte moral
Donald Laming
p. 61-69

Résumés

Mémorisation et restitution de l’avant-dernière liste : un conte moral

Une question non résolue dans le domaine de la recherche sur la mémoire est la suivante : comment se déclenche un souvenir libre ? On a cité une expérience de Shiffrin [1970], où les participants doivent se remémorer l’avant-dernière liste, comme preuve que la récupération dans les expériences de rappel libre est de quelque manière provoquée par un signal. L’autre possibilité serait que la récupération soit spontanée et que les mots rappelés soient choisis rétrospectivement après récupération. Cet article illustre la différence entre les deux hypothèses et compare les données de Shiffrin à celles de Murdock et Okada [1970] et à trois autres expériences, pour soutenir que le taux de souvenirs de l’avant-dernière liste n’est pas plus grand que ce que l’on attendrait d’une récupération spontanée qui prend potentiellement en compte toutes les listes précédentes. Le nombre des intrusions, quand le souvenir ne doit porter que sur la liste fondamentale, corrigé par l’estimation de la proportion des récupérations superflues suppri-mées, suffit à expliquer le nombre des mots retrouvés de l’avant-dernière liste.

An unresolved question in memory research is: What cues free recall? An experiment by Shiffrin [1970], in which participants were instructed to recall the list-before-last, has been cited as evidence that retrieval in free recall experiments is (somehow) cued. The alternative is that retrieval is spontaneous and the words recalled are selected only in retrospect, after they have been retrieved. This article illustrates the difference between these two hypotheses and then compares Shiffrin’s published data with data from Murdock and Okada [1970], and with three other experiments, to argue that the rate of recall from the list-before-last is no greater than one should expect from a spontaneous retrieval that (potentially) addresses all preceding lists. The number of intrusions, when recall is requested from the ultimate list, corrected by an estimate of the proportion of unwanted retrievals that are suppressed, is sufficient to account for the number of words recalled from the list-before-last.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Donald Laming, « Recalling the list-before-last: a cautionary tale », Mathématiques et sciences humaines [En ligne], 199 | 2012, mis en ligne le 11 décembre 2012, consulté le 17 avril 2014. URL : http://msh.revues.org/12289

Haut de page

Auteur

Donald Laming

Department of Psychology, University of Cambridge, Downing Street, Cambridge CB2 3EB (Great Britain), drjl@hermes.cam.ac.uk

Haut de page

Droits d'auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page