Navigation – Plan du site

Malthus ou Boserup : validité et continuité historique des modèles démo-économiques

Malthus and Boserup turned upside down: the odd story of demo-economics modelling
Hervé Le Bras

Résumés

Malthus and Boserup turned upside down: the odd story of demo-economics modelling

Malthus was not a mathematician but he provided in few sentences a very fine view of the relationship between population, resources and technical improvement, a view summarized in the well-known competition between arithmetical and geometrical progressions. After him, Quetelet and Verhulst formulated a more mathematical view at the expense of the true process envisioned by the English scholar. More recently, the economists, starting with Solow until R.D. Lee went further away from Malthus’s ideas in the name of mathematics and mainstream economics. In fact, we see in this paper, they went as far as to inverse the scheme of Malthus into its opposite, putting in face of it a “boserupian” model, itself inverting the ideas of the great agrarian and human scientist, Ester Boserup. Such a process, where elegant mathematics respects more the current social theory than the crude facts, is quite illustratory of a way of dealing with social and economic dynamics by introducing the time in the formulae instead of coping with the complexity of the reality. In this case, progress in mathematics is paralleled with loss of contact with the real world.

Malthus qui n'était pas un mathématicien a fourni une description courte mais élaborée du rapport entre ressources, population et progrès technique dont on a retenu la célèbre opposition des deux progressions arithmétiques et géométriques. Quetelet puis Verhulst, en tentant de donner une expression plus mathématique aux idées de Malthus les ont simplifiées et déformées. Les économistes modernes, de Solow à R.D. Lee ont accentué cette dérive. Pour que les mathématiques puissent « passer » et respecter l'orthodoxie économique, ils ont déformé un peu plus l'idée originale de Malthus jusqu'à l'inverser pour l'opposer aux idées d'Ester Boserup, elles aussi inversées pour les besoins de la cause. Cette dérive n'est sans doute pas limitée au modèle malthusien ou boserupien mais montre le danger fréquent en mathématiques sociales de préférer l'élégance mathématique et le respect des théories en vigueur au simple déroulement des faits, et plus précisément de croire qu'en introduisant le temps t dans les équations, on traduit la dynamique profonde des phénomènes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Le Bras, « Malthus ou Boserup : validité et continuité historique des modèles démo-économiques », Mathématiques et sciences humaines [En ligne], 164 | Hiver 2003, mis en ligne le 18 février 2006, consulté le 20 août 2017. URL : http://msh.revues.org/2890

Haut de page

Droits d’auteur

© École des hautes études en sciences sociales

Haut de page